Le Brexit, désormais validé par le référendum aura-t-il un impact sur l’industrie du jeu vidéo (made in UK) ?

C’est acté, selon les derniers résultats avec 51.9% le Royaume-Uni va sortir de l’Union Européenne une fois qu’elle fera jouer l’article 50, ce qui prendra quelques mois voire années selon les différents analystes.

En amont de cette consultation populaire, plusieurs sites britanniques listaient des réactions sur le possible impact que cette sortie aurait outre-manche. Avec plus de 36 milliards de livres, le secteur du jeu vidéo est fort au UK, il compte d’ailleurs plusieurs studios dont la renommée n’est plus à faire : Team17 (Worms), Rocksteady (Batman Arkham) ou encore TT Games (Lego). Ceci sans compter son poids dans le domaine de la distribution, notamment numérique (Green Man Gaming).

Le pays est également, ce n’est pas un secret, un aimant aux investissements étrangers y compris dans le domaine vidéo-ludique. Lors de sa consultation auprès des acteurs qui ont accepté de répondre (ce qui n’est pas le cas Square Enix, Ubisoft ou Sony), Wired indiquait que la majorité, si ce n’est la totalité, était pour le maintien dans l’UE. Les raisons de ce soutien ? Les aides fournies et la simplicité de collaborer avec des travailleurs étrangers ou en sous-traitance notamment. Inversement, le PDG de Legendary Games (Year0 Tactics) lui s’est montré plus mitigé, attaquant principalement la lourdeur des règles imposée, notamment sur la facturation de la TVA dans l’UE. A titre informatif d’ailleurs, peut-être ne le savez-vous pas mais depuis le 1 janvier 2015 les plates-formes de distribution Internet (B2C uniquement) sont censées facturer la TVA du pays du client et non plus celle du pays d’origine du site comme c’était le cas préalablement, impliquant donc dans le pire des cas potentiellement 28 tarifs TTC différents en gestion interne, la déclaration passant pas un « mini-guichet » unique. The Courier, de son côté avait interviewé Gordon Ross, lead tester du premier GTA qui pour sa part qualifiait de « folie » la possible sortie du Royaume-Uni de l’UE.

A date, les résultats allant à l’encontre des tendances dégagées par ces différents articles, il sera intéressant de suivre dans les temps à venir ce qui se passera sur le marché du jeu vidéo au UK et par voie de conséquence avec ses partenaires en Europe et dans le monde : perte de soutiens financiers de l’UE, retrait ou réduction d’investissements, réduction des effectifs étrangers, meilleur compétitivité monétaire … bref, tout est ouvert.

Pour l’anecdote, coïncidence du calendrier cette semaine était diffusé l’adaptation de V pour Vendetta (Larry/Lana & Andy/Lilly Wachowski/James McTeigue) à la télévision. V étant l’incarnation masquée de l’émancipation populaire, il serait intéressant de voir la réaction d’Alan Moore (auteur du comic d’origine et de From Hell ou Watchmen) sur ce sujet ...

Lire l’article de Wired
Lire l’article de The Courier